Le Corona est toujours là

Si le masque protège contre le Covid-19, ce n’est pas le cas de la cigarette.

Quelle est la suite?

Depuis le début de la crise du COVID-19, nous connaissons mieux les risques mais aussi les manières de nous protéger. De plus en plus de données scientifiques indiquent que les fumeurs et les consommateurs de produits nicotiniques sont plus à risque de s’infecter au COVID-19 et de connaître un développement défavorable de la maladie. Une étude parue au mois d’août 2020, montre que le risque de s’infecter pour les jeunes est de 5 à 7 fois plus élevé.

Tous les produits du tabac et de la nicotine irritent, fragilise et mettent en danger la santé des poumons. Arrêter complétement de fumer est donc, plus que jamais d’actualité.

Parmi les manières de se protéger il faut mettre le masque, garder les distances, se laver les mains, mais aussi : arrêter de fumer!

N’attendez pas: le meilleur moment pour arrêter de fumer, c’est maintenant! L’arrêt du tabagisme a des effets positifs à de nombreux égards, sur votre santé comme sur votre bien-être.  Après 48 heures déjà, votre goût et votre odorat se réveillent. Après 3 mois, votre fonction pulmonaire s’améliore et votre circulation sanguine se rétablit. Vous trouverez ici d’autres avantages de l’arrêt du tabagisme.

J'ai arrêté de fumer pendant la crise de Corona.

Elena Mocanu, Ogbebor Clementino, Christof Fankhauser et Ilija Markovic l’ont fait.

Shisha

En mai 2020, une flambée de Covid-19 est apparue à Göttingen, où 68 personnes ont été contaminées dans un bar à shisha. 310 personnes ayant été en contact avec les malades ont pu être identifiées, dont 57 enfants et adolescents. En Iran, pays dans lequel fumer la shisha est une tradition, la pipe à eau a joué un rôle essentiel dans le cadre de la diffusion de la pandémie de Covid-19

Le Covid-19 est une maladie infectieuse. Le risque de transmission par l’embout de la shisha ou par l’eau est donc élevé, comme l’attestent les explications sur la transmission des maladies infectieuses ci-dessous.

L’eau froide pourrait constituer un environnement favorable pour le Covid-19.

Par ailleurs, cette maladie se transmet par des gouttelettes projetées lorsque les personnes discutent, respirent, chantent ou parlent fort. Les vecteurs du virus sont de minuscules gouttelettes et ce qu’on appelle des aérosols, c’est-à-dire des particules qui contiennent les virus des malades et qui sont en suspension dans l’air. Le danger apparaît surtout dans les locaux fermés après quelques minutes. Or, la consommation en groupe de la shisha peut durer jusqu’à une heure.

Les pays dans lesquels fumer la pipe à eau est une tradition – entre autres l’Iran, le Koweït, le Pakistan, le Qatar et l’Arabie Saoudite – ont interdit sa consommation pendant la pandémie de Covid-19 et fermé les bars à shisha. L’Égypte avait déjà interdit les pipes à eau à la mi-mars au moment de la fermeture des bars et cafés. Si ces derniers sont désormais rouverts, l’interdiction de consommation est toujours en vigueur. L’Afrique du Sud a interdit tous les produits à base de tabac et de nicotine et donc également les pipes à eau.

Le nettoyage d’une pipe à eau est laborieux et prend beaucoup de temps. Il n’est donc pas effectué systématiquement après chaque utilisation. Le Covid-19 peut aussi se transmettre lors du nettoyage après une tournée. En effet, la personne qui nettoie la shisha peut être contaminée par cette dernière ou peut laisser des virus sur l’instrument.

La consommation de pipes à eau se déroule principalement dans des locaux fermés, surtout dans des bars et cafés à shisha. Les ventilateurs brassent l’air qui contient le virus et augmentent par conséquent le risque de contamination. Il en va de même pour les systèmes de climatisation dans les bars à shisha, dont la plupart sont dépourvus de filtres spéciaux.

En savoir plus

La nicotine protégerait-elle contre le Covid-19?

En avril, une thèse, parfois reprise par la presse, a été émise par des scientifiques prétendant que la nicotine pourrait avoir un effet protecteur face au Covid-19. Cette thèse se basait sur des observations très partielles sur des taux d’hospitalisation inférieurs chez les fumeurs. Non seulement ces études étaient très partielles et insuffisante, mais il s’est avéré que les chercheurs derrière l’hypothèse de la nicotine avaient des liens avec l’industrie du tabac. Depuis cette hypothèse a été largement discréditée et aucune étude n’est venue la supporter.

La nicotine, assumée avec ou sans tabac, est mauvaise pour la santé et n’est pas une substance sans dangers. L’inhalation de fumées ou aérosols provenant de cigarettes ou cigarettes électroniques est mauvaise pour la santé pulmonaire et accroit le risque de s’infecter au Covid-19.

Seulement l’arrêt total et définitif de la consommation de tabac et de nicotine protège efficacement la santé et contribue à réduire les risques liés au Covid-19.

Homeoffice

La crise sanitaire a forcé bon nombre de personnes actives à pratiquer le télétravail depuis chez elles. Pour de nombreux fumeurs, il peut être tentant de fumer sur ce nouveau lieu de travail. Mais même si vous travaillez à domicile, fumez toujours à l’extérieur!

Fumer à l’intérieur de votre logement n’est pas seulement nocif pour vous, mais aussi pour votre famille ou vos colocataires. Le télétravail est une bonne occasion de perdre l’habitude des pauses fumeurs. Vous n’en arrêterez de fumer que plus facilement!

Je garde le contrôle

Vous êtes convaincu·e?

Envie d'arrêter immédiatement?
Passez à l'action!

J’arrête