Fumer et Covid-19

Je profite de cette nouvelle opportunité et je controle les dangers.

Regarder la vidéo

Conseils et Astuces

Je garde le contrôle

Moins vous fumez, mieux c’est. La réduction du nombre de cigarettes fumées peut aussi vous aider à arrêter de fumer totalement plus tard. En diminuant les symptômes de manque, les substituts nicotiniques peuvent être utiles tant pour la réduction de la consommation que pour le sevrage tabagique.
En notant dans un journal de bord votre consommation de tabac, vous consommez en toute conscience. Inscrivez quand et à quelle occasion vous fumez. Relevez à quelles cigarettes vous pourriez renoncer le plus facilement et essayez de vous en passer le lendemain.
Mon Plan
Décidez du nombre maximal de cigarettes que vous voulez fumer par jour. Mettez-en le bon nombre de côté et ne vous servez que dans ce stock. Conservez le reste de vos cigarettes à un endroit difficile d’accès.
Renoncez sciemment à certaines cigarettes et faites quelque chose d’agréable pour les remplacer: écoutez votre musique préférée, lisez un article intéressant, appelez un/e ami/e, allez faire une promenade (si vous n’appartenez pas au groupe à risque), buvez un verre d’eau ou mâchez un chewing-gum. Mangez sainement, mais ne compensez pas chaque cigarette par de la nourriture, au risque de prendre du poids.
Gardez vos cigarettes à un endroit difficile d’accès. Ainsi, en prendre une nécessitera chaque fois un effort conscient. Ne faites pas de réserves de cigarettes, cela réduira le risque d’en consommer plus que prévu.
Ne complétez pas votre consommation de cigarettes par des cigarettes électroniques. Si vous avez de la peine à contrôler votre consommation, renseignez-vous en pharmacie sur les substituts nicotiniques disponibles. Ces derniers peuvent d’ailleurs être aussi d’une grande aide lorsque vous arrêtez de fumer.
Comptez combien vous pouvez économiser par semaine en fumant moins et mettez le montant correspondant dans une tirelire. Lorsque cette dernière est pleine, utilisez ces économies pour réaliser un de vos vœux.
Pour les anciennes fumeuses et anciens fumeurs, une période de stress peut parfois faire ressurgir l’envie d’une cigarette. Surmontez ces 3 à 5 minutes d’envie irrépressible en repensant à l’énergie qu’il vous a fallu pour arrêter de fumer.
Voilà, c’est arrivé: après des mois ou des années d’arrêt, vous avez rallumé une cigarette. Voyez le côté positif: vous savez exactement comment vous avez réussi à vous sevrer par le passé. Arrêtez de nouveau sans attendre et demandez de l’aide si nécessaire.
La consommation d’alcool augmente le risque de recommencer à fumer ou de tomber dans une consommation de tabac incontrôlée. Gérez donc votre consommation d’alcool ou réduisez-la.
Si vous avez réussi à diminuer peu à peu votre consommation de cigarettes, l’étape du sevrage n’est plus très loin. Vous trouverez ici des conseils pour parvenir à arrêter définitivement.

Fumée passive

On appelle fumée passive la fumée exhalée par la personne qui fume ou directement émise par la cigarette. Elle contient pratiquement les mêmes substances nocives que la fumée active. Une petite quantité suffit donc à porter atteinte aux poumons et au système cardiovasculaire. Les personnes exposées à la fumée passive présentent un risque élevé de cancer, de maladies cardiovasculaires, d’infections et d’asthme. Les enfants sont particulièrement vulnérables, car leurs poumons ne sont pas encore à maturation et parce qu’ils respirent plus vite, ce qui leur fait absorber davantage de substances nocives en moins de temps. Chez eux, le risque de toux, d’inflammation des poumons ou de l’oreille moyenne est accru, ainsi que celui de mort subite du nourrisson. La fumée passive est également nocive pour le fœtus in utero.
Oui. Si d’autres personnes inhalent la fumée de vos cigarettes (fumée passive), cela nuit à leur santé.
Déclarez dès à présent votre logement zone non-fumeur. Fumez sur votre balcon ou à l’extérieur. Vous protégez ainsi vos proches ou colocataires des effets nocifs de la fumée passive.
Quand vous fumez sur votre balcon, fermez la porte d’accès à votre appartement pour que la fumée ne puisse pas entrer. Choisissez une veste pour sortir fumer et suspendez-la à l’extérieur.   Après avoir été fumer, lavez-vous les mains et rincez-vous la bouche. Il est spécialement important de le faire si vous vivez avec des enfants.
Protégez tout particulièrement vos enfants. La fumée passive s’incruste sur les parois, rideaux, tapis, meubles, mais aussi sur les jouets de vos enfants. Elle est aussi nocive pour vos animaux de compagnie. Si vous fumez malgré tout à l’intérieur, aérez ensuite votre logement de façon intensive.
Abstenez-vous de fumer ou de vapoter dans votre voiture si d’autres personnes se déplacent avec vous régulièrement. Dans cet espace réduit, la concentration de fumée passive est particulièrement élevée et l’aération ne permet pas de l’éliminer complètement. En outre, la fumée imprègne les rembourrages des sièges. D’autre part, fumer ou vapoter en conduisant diminue la capacité de concentration, tout comme le téléphone.
Non. Renoncez aussi à consommer des vapoteuses et des produits du tabac chauffé dans les espaces fermés. Cette «vapeur passive» contient elle aussi des substances toxiques et peut nuire à la santé des personnes qui vivent avec vous.
La fumée passive nuit aussi à la santé de votre enfant à naître. Il est préférable de cesser toute consommation de tabac pendant la grossesse. Si vous n’êtes pas prête à vous sevrer, réduisez votre consommation. Si vous fumez pendant la période d’allaitement, vous devriez fumer après la tétée et observer des pauses aussi longues que possible entre les cigarettes. Prenez si possible vos substituts nicotiniques après la tétée.
Si vous appliquez déjà les conseils 1 à 6, votre consommation de tabac va automatiquement diminuer. Voici d’autres astuces pour continuer à la faire baisser.
Si vous appliquez déjà les conseils 1 à 6, vous n’êtes pas très loin du sevrage. Vous trouverez ici des conseils pour parvenir à arrêter définitivement.

Quit-Tips

Vous êtes à la maison, profitez-en pour vous sevrer! Vous aurez ensuite plus de temps à consacrer à des activités que vous appréciez. Arrêter de fumer est toujours payant. Plus vous arrêtez tôt, plus vous en retirerez des avantages pour votre santé. Plus vous repoussez l’échéance, plus le sevrage sera difficile.
Notez l’heure et à quelle occasion vous allumez une cigarette. Les principaux avantages de l’arrêt du tabagisme sont résumés dans cette vidéo. Faites cependant votre propre liste en indiquant pour quelles raisons vous voulez arrêter de fumer.
Fixez une date précise pour arrêter de fumer. Réfléchissez à la manière dont vous réagissez dans les situations difficiles et comment vous pouvez les gérer. Informez vos proches de votre projet et demandez-leur de vous soutenir. Les substituts nicotiniques comme les patchs, les sprays nasaux ou les chewing-gums augmentent les chances de réussite. Demandez conseil en pharmacie.
Débarrassez-vous de tous les objets qui servent à fumer. Éliminez de votre esprit les réflexions du type «Une seule cigarette ne peut pas me faire de mal». Si vous deviez tout de même craquer, ne le prenez pas comme un échec, mais considérez cet écart comme une étape d’apprentissage et faites immédiatement une nouvelle tentative de sevrage.
Saviez-vous qu’en demandant qu’on vous soutienne dans votre projet, vous quadruplez vos chances de réussite? Sur stopsmoking.ch, vous trouverez toutes sortes de possibilités d’aide. Vous pouvez en outre obtenir un soutien téléphonique en appelant la Ligne stop-tabac au no 0848 000 181, qui figure sur tous les paquets de cigarettes.
Ne restez jamais seul/e quand vous décidez d’arrêter de fumer. Votre famille ou vos proches vous soutiennent volontiers dans votre projet. Vous pouvez aussi décider d’arrêter de fumer en même temps que des amis. Le sevrage tabagique en groupe (virtuel) peut aussi être une solution motivante.
Occupez vos mains et votre bouche. Au lieu de prendre une cigarette dans la main, buvez un verre d’eau à la paille. Malaxez une balle antistress ou faites du jonglage. Mâchez un chewing-gum.
Vous avez l’habitude de fumer après les repas? Remplacez cette cigarette par des exercices de respiration ou du yoga. Si dans votre tête, vous associez café et cigarette, optez pour une tasse de thé. Ce conseil est également valable pour la cigarette que l’on apprécie particulièrement avec les boissons alcoolisées. Quand vous arrêtez de fumer, il est aussi recommandé de diminuer votre consommation d’alcool, dont l’effet désinhibant favorise la rechute. Évitez donc toutes les situations qui pourraient vous inciter à allumer une cigarette. Les rencontres (virtuelles) avec des non-fumeurs peuvent aussi être très utiles.
Le risque de prendre du poids après avoir arrêté de fumer existe réellement, car le métabolisme doit s’habituer à la nouvelle situation. Mais ce n’est pas une fatalité! Au lieu de manger pour compenser, bougez davantage d’eau! Occupez vos mains et votre bouche. Mangez plus de fruits et de légumes. Faites de la cuisine un nouveau passe-temps! En arrêtant de fumer, votre sens du goût s’améliore et vous apprécierez encore plus votre assiette!
Prenez un jour après l’autre. Déposez l’argent que vous économisez dans une tirelire et offrez-vous de temps à autre un petit plaisir pour récompenser vos efforts. Lorsque vous ressentez une forte envie de fumer, souvenez-vous qu’elle va disparaître au bout de 3 à 5 minutes. Pendant ce petit laps de temps, pensez au conseil no 5. Le fait de bouger contribue aussi à diminuer l’envie de fumer (p. ex. exercices de fitness, Pilates, tai chi ou chi gong, etc.).
Vous avez déjà essayé d’arrêter de fumer à une ou plusieurs reprises? Super, cela signifie que vous avez déjà pu acquérir beaucoup d’expérience! Cette fois, profitez de votre expérience pour changer les choses qui n’ont pas fonctionné avant. Échangez vos expériences avec des amis ou appelez la Ligne stop-tabac au 0848 000 181.

Covid-19 et tabagisme

On ne sait pas mais : Fumer augmente la fréquence de contact entre les mains et la bouche ce qui augmente le risque d’infections virales. Fumer a un effet défavorable sur le système immunitaire ce qui rendrait les fumeurs plus susceptibles aux infections virales (1). L’enzyme de conversion de l’angiotensine II (ACE2, présent à la surface des cellules) agirait comme récepteur au Covid-19 et serait ainsi une porte d'entrée du Covid-19 dans l'organisme humain. Des données récentes suggèrent que ce récepteur ACE2 est plus actif chez les fumeurs (2), ce qui les rendraient plus à risque d’infection au Covid-19 comparativement aux non-fumeurs. Cependant, les interactions entre la consommation de tabac et l’expression d’ACE2 semblent varier selon divers facteurs
C’est possible car : Fumer augmente le risque de maladies pulmonaires, réduit la capacité pulmonaire et entraine une inflammation des voies respiratoires, ce qui peut augmenter le risque de développer une pneumonie ou une grave complication chez les malades Covid-19. Fumer augmente le risque de maladie cardio-vasculaire et de diabète, qui sont aussi des facteurs d’aggravation chez les malades Covid-19. Selon certaines données, les fumeurs présentent un risque plus élevé de développer une forme sévère de Covid-19. Toutefois cette association n’est pas retrouvée dans toutes les études disponibles à ce jour. D’autres facteurs tels que l’âge, le sexe et l’état de santé général jouent un rôle prépondérant dans le pronostic du Covid-19.
On ne sait pas mais: L’exposition à la fumée passive augmente le risque d’infections, notamment chez les enfants. Par conséquent, il est recommandé d’éviter d’exposer son entourage à la fumée passive, et ce en tout temps. Dans le cas de l’épidémie au Covid-19, les mêmes recommandations s’appliquent. L’exposition passive à l’aérosol des vaporettes existe aussi et n’est probablement pas sans risque. Toutefois l’aérosol des vaporettes contient considérablement moins d’éléments toxiques que la fumée de la cigarette classique.
Oui: Lorsque l’on arrête de fumer, les effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire et pulmonaire apparaissent Rapidement. Arrêter de fumer diminue les risques d’infections respiratoires et de leurs complications. D’autres vagues d’épidémies de Covid-19 suivront sans doute dans les années à venir. Arrêter de fumer d’ici là permettrait de se préparer à les confronter avec moins de risque. Arrêter de fumer améliore la résistance à beaucoup d’autres épidémies virales et bactériennes. De manière générale, il est fortement recommandé d’arrêter de fumer afin de préserver sa santé. Vous protéger contre le Covid-19 et ses possibles complications, ainsi que protéger votre entourage de l’exposition à la fumée passive pourraient être les motivations dont vous aviez besoin pour vous décider à arrêter définitivement.
Diminuer ne fait certainement pas de mal! Il n’y a quasiment aucune donnée scientifique montrant que le fait de réduire sa consommation de cigarettes améliore la santé. L’arrêt complet est conseillé. Diminuer le nombre de cigarettes mène à tirer plus fortement ou plus souvent sur sa cigarette pour maintenir le taux habituel de nicotine dans le sang. Cependant: La diminution de la consommation avec l’aide de substituts nicotiniques peut être une étape vers l’arrêt et faciliter celui-ci.
On ne sait pas, mais: Le risque d’infections diminue après l’arrêt du tabac. Les fonctions pulmonaires peuvent aussi s’améliorer et des bénéfices cardiovasculaires apparaissent rapidement après l’arrêt. Plus l’arrêt est intervenu il y a longtemps (et tôt dans la vie d’une personne) plus la récupération est grande. Il se peut donc que les risques de complications de la maladie Covid-19 diminuent avec le temps écoulé après l’arrêt de tabac.
Oui: Les substituts nicotiniques sont en vente libre et ne nécessitent pas d’ordonnance médicale. Votre médecin ou le pharmacien peuvent vous conseiller sur le bon dosage et la bonne forme. D’autres médicaments d’aide à l’arrêt du tabac (varénicline, bupropion) nécessitent une ordonnance médicale. Votre médecin traitant ou un médecin spécialisé en tabacologie peuvent vous prescrire ce type de traitements. Si vous ne pouvez ou ne voulez pas vous déplacer, des services de livraison à domicile existent dans beaucoup de pharmacies.
Oui: Il y a plusieurs moyen pour recevoir de l’aide :

J'arrête seul·e : Trouvez ici des offres d’aide et des conseils pour arrêter de fumer par vous-même. https://www.stopsmoking.ch/fr/jarrete/jarrete-seul/

J'arrête avec un·e professionnel·le Trouvez ici des offres d’aide pour arrêter de fumer avec le soutien des professionnel·le·s. https://www.stopsmoking.ch/fr/jarrete/jarrete-avec-un-professionnel-2/

Ligne stop-tabac 0848 000 181 Les conseiller·ère·s de la Ligne stop-tabac sont à votre écoute. Ils répondent volontiers à vos questions et vous apportent leur soutien. Profitez ainsi d’un suivi personnalisé et gratuit. La Ligne nationale stop-tabac est disponible en 10 langues https://www.stopsmoking.ch/fr/ligne-stop-tabac/
On ne sait pas: A ce jour aucune étude n’a exploré de lien entre vapotage et Covid-19. De même, le lien entre vapotage et maladies pulmonaires n’est aujourd’hui pas clairement défini. Cependant: Si l’arrêt du tabac n’est pas possible par les méthodes démontrées efficaces et bien tolérées, il peut être conseillé de remplacer la cigarette par la vaporette.
Nous avons développé les informations de cette page sur la base d'un FAQ "Covid-19 et tabagisme" élaboré par Unisanté à Lausanne.

Je garde le contrôle

Les restrictions en vigueur représentent un défi pour beaucoup de fumeuses et de fumeurs. Ici vous trouvez toutes sortes d’astuces et de conseils pour contrôler votre consommation.

La situation actuelle, qui nous oblige à renoncer à de nombreuses habitudes et à nous imposer des limites, est aussi l’occasion d’arrêter de fumer. Vous trouverez également des conseils à ce sujet ici.

Vous êtes convaincu·e?

Envie d'arrêter immédiatement?
Passez à l'action!

J’arrête